QuickTools
Notre site est actuellement en cours de maintenance, merci de votre compréhension
08 févr. 2017

L'hygiène alimentaire

Pour garder le plaisir de manger
Le Groupe PLG prend l’hygiène alimentaire très au sérieux

Le Groupe PLG prend l’hygiène alimentaire très au sérieux ! Germes, moisissures, intoxications alimentaires sont à portée de bouche si l’on n’y prend pas garde. Autant dire qu’on a tout intérêt à prendre cette affaire au sérieux, pour garder le plaisir de manger...

L'aile ou la cuisse ?

Qui ne connaît pas ce morceau d’anthologie franchouillarde traitant de manière très caricaturale le sujet de l'industrialisation de l'alimentation ? Il faut reconnaître que derrière les images décapantes d’un univers industriel glacé, vidé de toute substance et de gourmandise, se profile la question hautement prudente de l’hygiène alimentaire. En effet, dans la chaîne allant de la production à la consommation, en passant par la conservation et la cuisson, les denrées alimentaires sont exposées en permanence à des contaminations et des transformations microbiologiques dont les conséquences peuvent aller de l’altération à l’intoxication pathogène.

Au cœur même de la sécurité sanitaire des aliments, se trouve donc l’hygiène : celle des personnes manipulant ces aliments, tout comme celle des locaux et ustensiles.

Une responsabilité à la source

En France, le dispositif de surveillance et de contrôle relève d’une mission de service public menée conjointement par les Ministères de l’Agriculture, de la Consommation et de la Santé, avec l’objectif d’évaluer et de maîtriser les risques. Pour la seule année 2015, la Direction Générale de l’Alimentation a procédé à 78 000 inspections sanitaires en lien avec la responsabilité des acteurs du secteur alimentaire (producteurs, transformateurs, distributeurs, restaurateurs).

Cette question de la responsabilité est cruciale, car elle engage de manière individuelle et en imputabilité pénale l’imprudence ou la négligence liée à un manque d’hygiène ou un manque de traçabilité.

Ainsi, pour respecter le contrat de confiance qui lie tacitement un établissement de restauration et son client, il ne suffit pas de proposer des mets appétissants, encore faut-il assurer de manière loyale les obligations d’hygiène et de sécurité alimentaire. Le client doit pouvoir savourer son repas sans risque ultérieur de développer une intoxication de quelque nature qu’elle soit.

Le plaisir de manger

Alors, à mi-chemin entre les images d’Épinal suggérant que le jardin des délices est à portée d’un doigt trempé dans une sauce qui mijote et le folklore urbain incriminant des coupelles de cacahuètes imbibées d’urine pour accompagner les apéritifs en terrasse, il faut savoir raison garder. Cette raison a un nom : hygiène alimentaire. En respectant les protocoles d’hygiène et le bon sens qui y prévaut, nul doute que l’alimentation restera un plaisir pour le consommateur, sans avoir à verser dans l’insipide ou l’uniformité.

Et ça, au pays de la gastronomie, c’est quand même primordial !

Imaginez un repas festif composé d’un plateau de fruits de mer, d’une viande rouge en marinade suivie de spécialités fromagères régionales, telles que bleu de Gex, morbier ou camembert, et, pour finir en beauté, un dessert à base de blancs d’œufs montés en neige comme une omelette norvégienne flambée ou bien une onctueuse mousse au chocolat noir. Personne ne remettra en cause le fait que, sans une hygiène alimentaire stricte, ce repas serait une véritable bombe à retardement !

L’hygiène alimentaire permet d’éviter les contaminations entre aliments et les transformations microbiologiques qui entraîneraient des intoxications pathogènes.